Chapelle de San Nicolò

Chapelle de San Nicolò   ,   Strada Provinciale 52   ,   17057   Bardineto   (SV)   Italy

 

L'église de San Nicolò elle s'élève au sud-ouest de l'actuel centre urbain de Bardineto,
s'est développée au fil du temps autour du Château et du village médiéval, situé sur la dernière ramification du contrefort de Nicampi, de la Bassa dei morti et de Mugliane.

Il est facile d'y accéder depuis la route provinciale 52 jusqu'au Colle dello Scravaion, en remontant le chemin qui monte à gauche, juste après le pont sur le Rio San Giovanni. et qui mène également à la célèbre fontaine de San Nicolò appelée Fons salutis.
De ce Fons Salutis coule une eau très pure.

L'aspect actuel de l'église est le résultat de divers changements structurels au cours des siècles.
En particulier, on peut reconnaître trois grandes phases de construction :
Début du Moyen Âge, époque romane, fin du Moyen Âge.

On ne sait pas avec certitude si les tableaux sont attribuables à la main d'Antonio da Monteregale, en tout cas cela vaut la peine d'être visité !

Les restes des murs auxquels s'appuie l'abside centrale appartiendraient à une église primitive du début du Moyen Âge, une partie de la structure primitive de l'église de San Giovanni, mentionnée dans l'acte de donation de Charlemagne à l'abbaye de San Pietro in Varatella ou, plus probablement, au Castrum byzantin-longobard dont il reste quelques ruines, comme la tour, sur le plateau au-dessus de l'église.

Les absides
Erigé immédiatement après l'an 1000, selon la date proposée par Lamboglia, il était à l'origine probablement structuré sur trois petites nefs, avec des absides semi-circulaires, et autant d'ouvertures rondes sur la façade : il y avait une porte centrale, la fenêtre actuelle à droite, et deux fenêtres latérales à une seule lancette, l'actuelle fenêtre de gauche et la porte d'entrée actuelle ; à l'époque de l'art roman è probablement également référencé au sol en briques.
Elles remontent certainement à la fin du Moyen Âge, probablement au XVe siècle, auquel les fresques sont également attribuées, les interventions visant à réduire l'église à une seule nef, avec l'agrandissement de l'espace intérieur, motivé par la probable l'accroissement démographique, et la reconstruction de l'abside centrale carrée, avec l'isolement de la seule abside droite, il en reste encore.

Remises en état précédentes
L'église de San Nicolò a été déclarée monument national en 1906 ; trois ans plus tard, elle a déjà fait l'objet d'une première restauration, par quelques techniciens de la Commission pour la conservation des monuments anciens de Ligurie et du Piémont, au cours de laquelle une cavité a été aménagée le long du côté sud-est, avec l'élimination du remblai qui s'appuyait contre le mur qui atteignait la hauteur des fentes, en construisant également un mur pour soutenir l'escarpement ; les fentes ont été réouvertes et les fondations ont été recouvertes d'un mur ; un mur a également été démoli qui fermait l'abside carrée à gauche et à droite.
Ainsi fut mise en lumière la petite abside semi-circulaire qui avait deux roues à l'intérieur du mur, peinte en rouge, et qui fut ensuite recouverte de dalles de pierre en accord avec le toit de l'église.
Une deuxième restauration, effectuée par les techniciens de la Surintendance de Gênes en 1951, 1952, prévoyait la restauration du toit et le nettoyage des fresques ; le toit, qui avait déjà été travaillé de temps en temps en 1926, 1935 et 1937, a été surélevé avec une base en béton au-dessus des planches, afin d'éliminer l'infiltration d'humidité, qui avait détérioré les fresques ; Ces derniers, déjà nettoyés en 1930 par Amilcare Oggerini, ont été restaurés par Zanfrognini entre juillet 1951 et août 1952.

L'ancienne église paroissiale
Tout au long de la fin du Moyen Âge et au cours des premiers siècles de l'ère moderne, San Nicolò était l'église paroissiale de Bardineto.
Comme l'atteste le "Registre de l'Église et de l'Évêque d'Albenga" de 1325, étudié et imprimé par Don Giovanni Conterno, il est inclus dans le Plebani a di Priero, qui faisait alors partie du diocèse d'Alba, dont Bardineto faisait également partie jusqu'en 1814, date à laquelle il passa au diocèse de Mondovì tandis qu'une visite ad limina en 1577 atteste son passage à l'église paroissiale de Millesimo.
Dans les statuts de 1479, elle est mentionnée pour sa fonction d'église de cimetière ; dans la section Pour honorer les défunts. il est établi que " parce que les personnes les plus proches sont obligées d'amener pour accompagner ledit defonto jusqu'à l'église de S. Nicolao et l'enterrer avec soin.
À la fin du XVIe siècle, une nouvelle église dédiée à Saint Jean-Baptiste a été érigée dans le Borgo, qui correspondait à l'actuel Oratoire de San Carlo et de l'Assunta, qui est en fait devenu la nouvelle église paroissiale, en dépit de Saint-Nicolas et de la tombe continuait à l'être de droit.
Grâce à trois visites pastorales, de 1573, 1591 et 1612, et à la visite già mentionnée ad limina de 1577, il est possible de documenter cette situation particulière de double propriété, qui a duré tout au long du XVIIe siècle.
Déjà en 1573, il est précisé que dans l'église de Saint-Jean-Baptiste, située dans le village, les services sacrés sont célébrés et les sacrements administrés, c'est-à-dire les prérogatives de l'église paroissiale ont déjà été transférées, qui cependant, de droit, appartiennent toujours à l'église paroissiale qui est sous le titre de Saint-Nicolas.
Cela s'est produit pour des raisons de confort : l'église de San Nicolò elle se trouve à environ 1500 mètres du village, (dans la Visite de 1577, on parlait de 300 pas du village, dans celle de 1621, on le définit comme étant à l'extérieur du village), Elle pose donc des problèmes logistiques concrets, car elle est positionnée au-dessus de cette montagne et en état d'abandon, à tel point que l'évêque a ordonné de réparer la porte et de la doter d'une serrure.
Son cimetière a également besoin de travaux de protection urgents ; en effet, il doit être équipé d'une ceinture de pierres, afin que ni les loups, ni les chiens ou autres animaux ne puissent y pénétrer, car il conserve à tout prix la fonction d'église du cimetière.

Les derniers discours
Les travaux demandés par l'évêque en 1573 n'ont pas encore été réalisés en 1577 : le cimetière attend toujours la clôture et l'église doit être maintenue bien fermée et remise en ordre. Elle continue à fonctionner comme une église de cimetière et conserve officiellement le titre d'église paroissiale, bien que le soin des âmes ait maintenant été entièrement transféré à l'église de Saint-Jean-Baptiste, qui n'est cependant pas encore consacrée.
Même situation qu'en 1591 et 1612, avec St Nicolò église paroissiale de droit, mais toujours aux prises avec des problèmes d'entretien et de restauration et St Jean-Baptiste où, pour le confort des gens, s'exerce le soin des âmes et l'administration des sacrements.
Dans tous les actes de baptême du XVIIe siècle, les curés de Bardineto continuent à s'appeler Recteurs de l'église paroissiale de San Giovanni Battista ou de San Nicolò il est donc probable que la double propriété se poursuivra tout au long du XVIIe siècle et ne disparaîtra qu'avec la consécration de la nouvelle et plus grande église paroissiale de San Giovanni Battista, construite à proximité de la précédente, qui a eu lieu le 24 juin 1720.

Curiosités :
A Ciglié ; dans la Langa, dans la province de Cuneo, il y a une chapelle dédiée à Saint Georges qui reproduit une fresque du Saint ce que l'on pourrait appeler une photocopie de ce qui se trouve dans la chapelle de St. Nicolò.


(*)   réf. BIBLIOGRAPHIE

(*Site Internet des paroisses de la haute vallée de Bormida

CARTE

Église de San Nicolò
17057 - Strada Provinciale 52 - Bardineto
(SV) Italy